• en
  • fr
  • de

L'homéopathie en débat

La controverse sur l’homéopathie a été alimentée par la production de nombreux rapports de premier ordre à ce sujet. Découvrez les faits qui se cachent derrière les gros titres.

L’homéopathie en débat

Des dirigeants politiques aux humoristes, les personnalités en vue prennent volontiers parti contre l’homéopathie. Mais rares sont les personnes qui maîtrisent réellement la question. Nous allons revenir ici sur les publications les plus controversées:

Étude de Macías-Cortés (2015) Il s’agit d’un essai contre placebo de référence, mené dans un hôpital de recherche, qui a constaté l’efficacité de l’homéopathie et de l’antidépresseur fluoxétine pour traiter la dépression de la ménopause. Cinq ans après sa publication, le 23 avril 2020, la rédaction de PLOS ONE a pris la surprenante décision de retirer cet article de grande qualité de sa revue en ligne, sans avancer aucun argument valable.

Rapport de l’EASAC (2017) Il s’agit d’une déclaration à l’encontre de l’homéopathie, émise par les membres du Conseil consultatif scientifique des académies européennes (EASAC). Sous ses apparences scientifiques, la déclaration de l’EASAC repose sur une sélection très restreinte de citations et une présentation inexacte de la base de données probantes de l’homéopathie. Le Conseil manque ainsi à sa mission première : celle d’informer avec précision les consommateurs et les décideurs politiques européens concernant les preuves de l’homéopathie.


 

NHMRC logo (large)

Rapport australien (2014-2015) Les médias se sont emparés des conclusions de ce rapport émis par le Conseil national australien de la santé et de la recherche médicale (NHMRC), relayant l’idée que l’homéopathie ne serait pas meilleure que le placebo pour 61 maladies étudiées. Or, ce que le NHMRC pointait du doigt dans ce rapport, c’est le manque de preuves « fiables » pour démontrer l’efficacité de l’homéopathie, rangée pour cela dans la catégorie « efficacité inconnue », comme 50 % des traitements classiques.

 

download

Rapport suisse (2011) Publié pour le compte de l’Office fédéral de la santé publique, ce rapport est le résultat de sept années de travail de revue des preuves de l’homéopathie. D’après ses conclusions, l’homéopathie, telle qu’elle est pratiquée en Suisse, est cliniquement efficace, rentable et sans risque. Depuis, la Suisse a intégré l’homéopathie dans son système de santé publique.

 

S+T-report-image copy

Rapport britannique (2010) Rédigé par une commission parlementaire, ce rapport est souvent confondu avec l’opinion du gouvernement du Royaume-Uni et a été avancé comme preuve scientifique pour ranger l’homéopathie dans la catégorie des placebos. Or, seuls 4 députés du Parlement du Royaume-Uni ont émis un vote sur ce rapport non académique : 3 députés ont voté pour, tandis que le quatrième s’est abstenu en raison de ses doutes sur l’impartialité du contenu. Une motion a été déposée au sein du Parlement du Royaume-Uni pour demander que les préoccupations concernant la façon dont avait été menée cet « examen de preuves » soient rendues publiques. Cette motion a été signée par 70 députés du Parlement du Royaume-Uni. Par ailleurs, le Département de la Santé du Royaume-Uni a écarté les conclusions du rapport.

S0140673605X61475_cov150h

Article dans la revue The Lancet, (2005) Le titre de cet article annonçait « la fin de l’homéopathie ». Aujourd’hui encore, on affirme que cette étude repose sur plus de 100 essais, ce qui démontrerait que les traitements homéopathiques sont inefficaces et équivalent à un placebo. Or, les résultats publiés dans cet article reposent sur à peine 8 essais d’homéopathie, dont aucun ne portait sur un traitement homéopathique classique.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap