• en
  • fr
  • de

Aperçu des essais cliniques

Revues systématiques des essais cliniques en homéopathie

Les données les plus fiables au sujet de l’efficacité de l’homéopathie proviennent d’une méta-analyse de 2014 sur des essais cliniques randomisés en double aveugle contre-placebo, qui a démontré que les médicaments homéopathiques, à condition d’être prescrits dans le cadre d’un traitement individualisé, ont 1,5 à 2 fois plus de probabilité d’avoir un effet bénéfique qu’un placebo.1 Cette étude est l’une des quatre revues systématiques complètes les plus récentes menées par le Dr Robert Mathie dans le cadre d’un programme de travail de dix ans.

Les revues systématiques globales menées auparavant englobaient l’ensemble des essais cliniques, sans tenir compte ni du type de traitement homéopathique utilisé ni du problème de santé traité (voir revues 1991-2005).

Les revues systématiques du Dr Mathie ont fortement contribué à clarifier les données probantes, en distinguant les essais en fonction du type de traitement médicamenteux reçu par chaque participant (individualisé ou standard) et du comparateur administré au groupe de contrôle (placebo ou « autre chose qu’un placebo »).

Savoir en plusMoins

Le traitement homéopathique individualisé est prescrit par un médecin homéopathe après consultation du patient (semblable à une visite chez un médecin généraliste ou spécialiste). Il s’agit d’un traitement sur mesure, très différent de l’homéopathie non individualisée, qui consiste à administrer à tous les patients le même médicament, vendu en général sans ordonnance en pharmacie et contenant de multiples ingrédients homéopathiques.

Une nouvelle étape s’ouvre pour la recherche en homéopathie, qui sera amenée à augmenter le nombre d’essais cliniques sur des affections spécifiques, afin de collecter suffisamment de données pour aboutir à des conclusions définitives au sujet de l’efficacité réelle de l’homéopathie sur chaque problème de santé.

Dans l’ensemble, le programme du Dr Mathie contient d’importantes conclusions favorables à l’homéopathie.

Aperçu du programme de revue systématique du Dr Mathie

Traitement homéopathique individualisé

Les deux revues systématiques sur le traitement homéopathique individualisé1,2 fournissent ensemble la réponse la plus rigoureuse et actualisée à la question clé : « L’homéopathie est-elle efficace en tant que soin habituel prescrit par un médecin qualifié ? » La réponse est clairement affirmative : les médicaments homéopathiques prescrits de façon individualisée ont un effet qui va au-delà du placebo.

Traitement homéopathique non individualisé  

Bien que prometteuses, les preuves au sujet de l’efficacité de l’homéopathie non-individualisée sont moins claires. L’analyse de 54 essais contre placebo a démontré l’existence d’un léger effet bénéfique qui va au-delà du placebo (DMS -0,33 ; IC 95 % -0,44 à -0,21)3 résistant partiellement à l’analyse de sensibilité et restant positif dans 16 sous-analyses sur 18.

D’autres recherches sont nécessaires pour consolider et élargir la base actuelle de données probantes issue des essais cliniques en homéopathie. Néanmoins, ces revues systématiques et ces méta-analyses ont permis d’identifier des domaines très prometteurs, sur lesquels les chercheurs vont pouvoir centrer leurs efforts afin d’informer décideurs et patients au sujet du potentiel des traitements homéopathiques.

Il convient de préciser qu’aucune des revues du Dr Mathie n’a été inclue au Rapport australien 2015, qui a été publié à une date ultérieure. Mais il est difficile de comprendre pourquoi le rapport de l’EASAC sur l’homéopathie de 2017 ne fait aucune référence au travail du DMathie, alors même que sa méta-analyse de 2014 contient les données les plus fiables et pertinentes disponibles à cette date-là au sujet de l’homéopathie individualisée.

Robert Mathie présentant ses conclusions sur l’homéopathie individualisée à la conférence internationale du HRI (Malte, 2017) :

Revues systématiques (1991-2005)

Cinq revues systématiques globales ont été menées jusqu’en 2005, chacune effectuant une méta-analyse d’essais cliniques sur tous les traitements homéopathiques et les problèmes de santé à la fois.5

  • Quatre de ces études sont positives. Elles suggèrent en effet qu’il existe des preuves de l’effet de l’homéopathie au-delà du placebo, mais qu’il convient de mener des recherches de haute qualité pour aboutir à des conclusions définitives5-8
  • L’une des études est négative. Elle conclut que l’homéopathie n’a qu’un effet placebo9

Ces cinq revues systématiques sont désormais obsolètes : la plus ancienne, celle de Kleijnen et al., a été menée il y a 29 ans5 et la plus récente, celle de Shang et al.9 il y a 15 ans.

Conclusions originelles de ces 5 méta-analysesMoins

  •  Kleijnen et al. 1991 : « À l’heure actuelle, les preuves des essais cliniques sont positives mais elles sont insuffisantes pour tirer des conclusions définitives, étant donné le manque de rigueur méthodologique de la plupart des essais et le rôle inconnu du biais de publication. Il est donc légitime de poursuivre l’évaluation de l’homéopathie, mais uniquement au moyen d’essais bien réalisés »5
  • Linde et al. 1997 : « Les résultats de notre méta-analyse ne sont pas compatibles avec l’hypothèse selon laquelle les effets cliniques de l’homéopathie sont entièrement dus au placebo. Cependant, ces études n’apportent pas de preuves suffisantes pour déterminer si l’homéopathie est clairement efficace pour un seul trouble clinique. Des recherches plus poussées sur l’homéopathie sont justifiées à condition qu’elles soient rigoureuses et systématiques. »6
  • Linde et al. 1999 : « Notre conclusion est la suivante : parmi les études examinées, celles présentant une meilleure qualité méthodologique ont eu clairement tendance à donner des résultats moins positifs. »7
  • Cucherat et al. 2000: « On trouve des preuves que les traitements homéopathiques sont plus efficaces qu’un placebo mais ces preuves sont affaiblies par le manque de qualité méthodologique des essais. Les études présentant une haute qualité méthodologique ont eu davantage tendance à être négatives que les études de moins bonne qualité. Il est donc nécessaire de mener d’autres études de haute qualité pour confirmer ces résultats. »8
  • Shang et al. 2005: « Qu’il s’agisse de médecine conventionnelle ou d’homéopathie, les essais contre placebo présentent des biais. Quand ces biais ont été pris en compte dans l’analyse, les preuves concernant l’effet spécifique des médicaments homéopathiques ont été peu concluantes, tandis que celles concernant l’effet spécifique des interventions conventionnelles se sont avérées solides. Cette conclusion est compatible avec l’idée selon laquelle les effets cliniques de l’homéopathie sont des effets placebo. »9

Il est étonnant que la seule étude négative, Shang et al. 2005, reste la plus largement citée dans les publications contre l’homéopathie, et ce encore très récemment dans le rapport de l’EASAC de 2017. Or, cette étude ne contient aucune donnée ultérieure à 2003, ce qui contredit le reste des preuves dans cette catégorie, et elle suscite de sérieuses interrogations quant à sa fiabilité scientifique.

Revues systématiques des essais cliniques sans méta-analyse

L’aperçu le plus récent des essais cliniques sur l’homéopathie est le rapport10

publié en 2015 par le Conseil national australien de la santé et de la recherche médicale (NHMRC – National Health and Medical Research Council), connu sous le nom de Rapport australien. Cette étude englobe les données d’essais cliniques individuels jusqu’en 2010 (extraits de revues systématiques publiées jusqu’au 3 janvier 2013) et distingue les données par problème de santé. Le Rapport australien a été critiqué dans le monde entier pour son manque de rigueur scientifique sans précédents. Une enquête est actuellement menée par le Médiateur fédéral australien pour déterminer si le NHMRC a fait preuve de fraude scientifique.

RéférencesMoins

  1. Mathie RT et al. Randomised placebo-controlled trials of individualised homeopathic treatment: systematic review and meta-analysis. Systematic Reviews, 2014; 3: 142
 | Full text
  2. Mathie RT et al. Systematic Review and Meta-Analysis of Randomised, Other-than-Placebo Controlled, Trials of Individualised Homeopathic Treatment. Homeopathy, 2018; 107(4): 229-243 |Full text
  3. Mathie RT et al. Randomised, double-blind, placebo-controlled trials of non-individualised homeopathic treatment: systematic review and meta-analysis. Systematic Reviews, 2017; 6(1):63 | Full text
  4. Mathie RT et al.Systematic Review and Meta-Analysis of Randomised, Other-than-Placebo Controlled, Trials of Non-Individualised Homeopathic Treatment. Homeopathy, 2019; eFirst | Abstract
  5. Kleijnen, J., Knipschild, P. & ter Riet, G. Clinical trials of homeopathy. BMJ, 1991; 302: 960 | PubMed
  6. Linde, K. et al. Are the clinical effects of homeopathy placebo effects? A meta-analysis of placebo-controlled trials. Lancet, 1997; 350:834–843 | PubMed
  7. Linde, K. et al. Impact of study quality on outcome in placebo-controlled trials of homeopathy. J. Clin. Epidemiol., 1999; 52: 631–636 | PubMed
  8. Cucherat, M., Haugh, M. C., Gooch, M. & Boissel, J. P. Evidence of clinical efficacy of homeopathy. A meta-analysis of clinical trials. HMRAG. Homeopathic Medicines Research Advisory Group. Eur. J. Clin. Pharmacol., 2000; 56: 27–33 | PubMed
  9. Shang A, Huwiler-Muntener K, Nartey L, et al. Are the clinical effects of homeopathy placebo effects? Comparative study of placebo-controlled trials of homeopathy and allopathy. Lancet, 2005; 366: 726–732 | PubMed
  10. Australian National Health and Medical Research Council (NHMRC) 2015 Homeopathy Review | Link

Share via
Copy link
Powered by Social Snap