• en
  • fr
  • de
  • it
  • es
  • zh-hans
  • zh-hant
  • ru
  • pt-br
  • sv

« Les meilleures études montrent que l’homéopathie ne fonctionne pas »

« Les meilleures études » signifie généralement des revues exhaustives et systématiques qui analysent les résultats obtenus dans tous les essais randomisés contrôlés (ERCs) disponibles sur un sujet donné.

Les données les plus récentes et les plus fiables sur l’efficacité de l’homéopathie proviennent d’une méta-analyse d’essais cliniques randomisés double aveugle contrôlés contre placebo qui a démontré que les médicaments homéopathiques, quand ils sont prescrits pour des traitements individualisés, ont 1,5 à 2 fois plus de possibilité d’avoir un effet bénéfique que le placebo.1 

Cette étude est un des quatre bilans systématiques complets les plus récents menés par le Dr Robert Mathie de 2014 à 2019. Selon les propos du Dr Mathie, quand il est considéré collectivement, ce programme de travail mène à un « résultat positif sans équivoque » pour l’homéopathie.

Un supplément de recherche est nécessaire pour consolider et élargir la base de preuves des essais cliniques actuels en homéopathie. Néanmoins, ces bilans systématiques et ces méta-analyses ont aidé à identifier les domaines les plus prometteurs en aidant les chercheurs à savoir vers où diriger leurs efforts pour informer les preneurs de décision et les patients sur le potentiel des traitements homéopathiques.

Pour de plus amples détails sur ces derniers bilans systématiques et sur les bilans systématiques historiques sur l’homéopathie (1991 – 2005) voir les Résumés détaillés cliniques.

S’il y a 5 études positives et seulement une négative, pourquoi certaines personnes continuent de refuser d’accepter ce que disent les preuves ?

Le problème semble être celui d’une « partialité liée à la plausibilité » ce qui veut dire que ceux qui croient déjà que l’homéopathie est impossible vont avoir un regard différent sur les résultats de recherche de ceux qui croient que l’homéopathie agit ou pourrait agir.

Déjà en 1991, les auteurs de la première de ces études importantes ont clairement exprimé ceci dans leur article :2

« La quantité de preuves positives, même dans les meilleures études, nous a surpris. Sur base de ces preuves, nous serions prêts à accepter que l’homéopathie puisse être efficace, si seulement son mécanisme d’action était plus plausible. »

Il est bon de noter qu’aucun des bilans du Dr Mathie n’a été pris en compte pour son inclusion dans le Bilan Homéopathique NHMRC 2015 parce que ces bilans ont été publiés plus tard (l’étude présente des publications qui vont  jusqu’en 2013) et parce qu’ils n’offrent pas de données sur des preuves relatives à des conditions médicales individuelles. Néanmoins, il est difficile de comprendre pourquoi la prise de position sur l’homéopathie de l’EASAC ne fait pas mention de ces quatre bilans, d’autant plus qu’à l’époque ils offraient les données les plus pertinentes et les plus fiables sur ce sujet.

RéférencesMoins

1. Mathie RT et al. Randomised placebo-controlled trials of individualised homeopathic treatment: systematic review and meta-analysis. Systematic Reviews, 2014; 3: 142
 | Full text

2. Kleijnen J, Knipschild P, ter Riet G. Clinical trials of homeopathy. BMJ, 1991302: 960 | PubMed

Retour à la section FAQs

Best studies show it doesn't work_213243274

Share via
Copy link
Powered by Social Snap