• en
  • fr
  • de

Séries de cas TDAH

Suivi de 20 enfants atteints d’un trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité recevant un traitement homéopathique pendant un an

Chercheur – Dr Philippa Fibert
Achevé en 2012

Résultats

  • Les enfants atteints de TDAH qui ont reçu un traitement homéopathique pendant un an en plus des soins conventionnels se sont davantage améliorés que les enfants qui n’ont reçu que des soins conventionnels
  • Les enfants qui ont bénéficié de l’homéopathie ont continué à s’améliorer pendant au moins un an après le traitement

Le HRI a apporté un financement équivalent à celui du Turner’s Court Youth Trust (une association de bienfaisance favorisant la prévention de la délinquance juvénile), afin de déterminer, au moyen d’une série de cas consécutifs, si le traitement homéopathique est efficace pour les enfants souffrant de troubles déficitaires de l’attention/hyperactivité (TDAH).

Vingt enfants recevant un traitement homéopathique complémentaire ont été comparés à dix enfants ne recevant pas de traitement homéopathique, au départ et au bout de 24 semaines de traitement, à partir des caractéristiques du système de classification des maladies mentales DSM-IV (échelle CPRS) et d’un outil de mesure des résultats déclarés par le patient (MYMOP). L’analyse de la variance (ANOVA) a révélé une interaction significative entre le temps et le traitement reçu.

Une analyse à long terme a révélé que les enfants recevant un traitement continuaient à s’améliorer au bout d’un an. La moitié des participants présentaient une amélioration de leurs scores DSM-IV de plus de 10 centiles, un quart des participants une amélioration de plus de 20 centiles, et un quart de moins de 10 centiles.

Les travaux de Dr Fibert se poursuivent à présent sous la forme d’un essai clinique contrôlé randomisé pragmatique, financé par le HRI.

PlusMoins

Parmi les différentes méthodologies envisagées pour déterminer les protocoles de traitement optimaux, la méthodologie CEASE s’est avérée particulièrement efficace pour ces enfants. On a constaté que pour conserver leur efficacité, les remèdes devaient souvent être répétés, ce qui suggère des obstacles à la guérison. La méthodologie CEASE est une approche isopathique mise au point par le DTinus Smits, qui a permis de supprimer ces obstacles. En effet, son utilisation a permis de répéter moins souvent les remèdes et de renforcer leur efficacité. Malgré la petite taille de l’échantillon, cette étude suggère que le traitement homéopathique est une intervention efficace pour les enfants atteints de TDAH. Toutefois, l’absence de randomisation et d’aveuglement et l’inégalité des tailles d’échantillon limitent la généralisation de ces résultats.

Les résultats de cette série de cas ont été diffusés dans des conférences, des séminaires, des magazines et des revues. Ils ont également fait l’objet d’une publication dans une revue scientifique évaluée par des pairs.

  • Congrès international pour la recherche en médecine complémentaire (ICCMR), Londres. Présentation sur affiche
  • Centre d’études pour l’enfance et la jeunesse (CSCY – Centre for Studies of Childhood and Youth), Université de Sheffield. Présentation sur affiche
  • Société scientifique d’homéopathie (WissHom), Köthen, Allemagne. Présentation sur affiche
  • Institut de recherche homéopathique (HRI), Barcelone. Exposé oral
  • Réseau des thérapies complémentaires pour l’enfance (CCTN – Children’s Complementary Therapies network), Birmingham. Exposé oral
  • Présentation lors du séminaire du département de recherche des pédiatres d’Oxford
  • Présentation Masterclass au département académique de l’hôpital homéopathique de Bristol
  • Chapitre d’un ouvrage à paraître sur le traitement de l’autisme par l’homéopathie. Rédacteur en chef Mike Andrews.
  • Article dans la revue The Homeopath
  • Article dans la revue Autism Now (auteur, Fiona McNeil)
  • Article dans la revue Green Parent (auteur, Fiona McNeil
Share via
Copy link
Powered by Social Snap